Histoire de la Rigole d’Hilvern – 4/6

En 1828, plus de 500 personnes sont recrutées pour travailler sur la Rigole d’Hilvern : hommes, femmes et enfants car l’industrie des toiles connait une crise dont elle ne se remettra pas. Il faut attendre encore plusieurs mois avant l’approbation des travaux.

« Veuillez, je vous prie, écrit un conseiller au préfet des Côtes du Nord, stimuler le zèle de vos bureaux. Vous savez avec qu’elle impatience le pays attend l’avènement de nos grandes entreprises de canaux, nous devons faire tous nos efforts pour le faire jouir le plus promptement possible de ces nouvelles voies de communication ».

Au printemps 1834 débute le creusement de la Rigole. Entre temps, une entreprise de Glomel a ouvert les chantiers des ouvrages annexes : le barrage de Bosméléac, le point de Kerigan, les réservoirs de la Houlle et de Ballaître, la maison de garde au petit Bauméléac. Malgré les conflits avec les riverains, le chantier avance rapidement.

Armen n°53 : Août 1993 – La Rigole d’Hilvern

Dans le cadre d’une animation culturelle sur le thème de la Rigole d’Hilvern avec la compagnie des Ribines, le CAC Sud 22 vous propose de retracer ensemble l’histoire de ce patrimoine… ! Des ressources sont mises en ligne sur la page facebook > https://www.facebook.com/groups/542671386645304/

N’hésitez pas à y partager vos souvenirs pour enrichir la mémoire collective !

Aujourd’hui, c’est grâce au collectage effectué auprès de Felix Carel que nous allons nous remémorer la jeunesse autour de la Rigole d’Hilvern (1) et le travail des lavandières (2) :

1 –

2 –

 

Histoire de la Rigole d’Hilvern – épisode 3/6

En 1824, l’ingénieur en chef Lenglier doit définir le tracé de la Rigole d’Hilvern et diriger la construction. Le 26 mai, il écrit au préfet des Côtes d’Armor pour que les communes concernées puissent « assurer les propriétaires qu’ils seront indemnisés des dommages que leurs bois, landes ou blés clos pourront souffrir ».

L’ingénieur allait découvrir à ses dépens la mentalité du monde rural durant les 14 années du chantier. Chacun des 64 km de la Rigole, du barrage de Bosméléac, au nord, jusqu’au bief de partage, sur la commune d’Hilvern, lui apporta son lot de conflits.

L’affaire progresse tout de même et le 5 septembre 1828, le tracé définitif de la Rigole est approuvé et l’on passe aux devis et aux adjudications. La procédure n’aboutit qu’en 1833 et on s’empresse d’embaucher la main d’œuvre.

Armen n°53 : Août 1993 – La Rigole d’Hilvern