Découvrez avec Louis Quéro, cantonnier, la vie au bord de la Rigole d’Hilvern . Ce collectage fut réalisé par l’association CAC Sud 22 – Marc le Bris en 2013.

1/Le braconnage

2/Anecdotes sur la pêche

3/La pêche et le PH

Histoire de la Rigole d’Hilvern – épisode 5/6

En hiver 1836, on lâcha les eaux dans la Rigole pour juger de l’efficacité du travail réalisé. Hélas, toute l’eau déferla dans la vallée… L’ingénieur Droeling avait commis une erreur lourde de conséquences en choisissant d’étanchéifier le lit de la Rigole avec de la terre végétale !

Des travaux d’étanchement vont suivre, consistant à enduire les parois de la Rigole d’une courroie d’argile pour éviter les infiltrations. Ils ne s’achèveront qu’à l’été 1838 avec quelques phases de travaux qui suivront jusqu’en 1844, soit deux ans après l’ouverture à la navigation du canal de Nantes à Brest.

Armen n°53 : Août 1993 – La Rigole d’Hilvern

Histoire de la Rigole d’Hilvern – 4/6

En 1828, plus de 500 personnes sont recrutées pour travailler sur la Rigole d’Hilvern : hommes, femmes et enfants car l’industrie des toiles connait une crise dont elle ne se remettra pas. Il faut attendre encore plusieurs mois avant l’approbation des travaux.

« Veuillez, je vous prie, écrit un conseiller au préfet des Côtes du Nord, stimuler le zèle de vos bureaux. Vous savez avec qu’elle impatience le pays attend l’avènement de nos grandes entreprises de canaux, nous devons faire tous nos efforts pour le faire jouir le plus promptement possible de ces nouvelles voies de communication ».

Au printemps 1834 débute le creusement de la Rigole. Entre temps, une entreprise de Glomel a ouvert les chantiers des ouvrages annexes : le barrage de Bosméléac, le point de Kerigan, les réservoirs de la Houlle et de Ballaître, la maison de garde au petit Bauméléac. Malgré les conflits avec les riverains, le chantier avance rapidement.

Armen n°53 : Août 1993 – La Rigole d’Hilvern